Jantel-esperluette
Herméneutikon des VET.
search_left
 

En attendant mieux, je poste dans cette rubrique les quelques documents que je possède de "Mémoire d’Éveil".


&
VŒU PIEUX (Mémoire d'Eveil)

Nouvelle chanson composée par Jean-Claude Pantel pour "Mémoire d’Éveil" :




Est-ce trop d'exigence
D'oser vouloir qu'enfin
"La prise de conscience"
Nous accoste en chemin,
Avant la déchéance
- Échéance du destin -
Qu'au fil de l'existence,
Nous conjurons en vain ?

Faut-il donc de tous temps,
- Sans autre alternative -,
Fustiger les penchants
Enclenchant nos dérives,
Puis toujours réserver
Aux pauvres heures dernières
L'heur de nous acquitter
Du prix du "grand Mystère" ?

Lorsqu'au bout du voyage,
Quoi que nous ayons fait,
Escales comme naufrages
Se voient légitimés,
Loin de toute morale,
De toute contrition,
Quand ce que fut l'aval
S'en retourne à l'amont...

Concevoir qu'au passage
Entre deux "ici-bas"
S'effectue un brassage,
Un tri dans "l'au-delà"
S'en venant générer
Cette déperdition
De tout ce qui se sait
De notre condition,

Et ne plus repartir,
De rien ou de si peu,
Vers quelque devenir
Chaotique, cahoteux,
Sous un nouvel ego,
Une autre identité,
Pour renaître à l'écho
D'un chant désenchanté...

Si, poursuivant son pas,
La chaîne alimentaire
Perpétue notre état
De "pitance" sur Terre,
Que se vive la chose
En toute connaissance :
Connaissance de cause...
Et non de conséquence !..

Paroles et musique : Jean-Claude PANTEL
Nouveaux Enregistrements "VDO"/"Mémoire d'Eveil"


Liste des chansons enregistrées (Cliquez le lien bleu pour l'écoute) :


I) 0' 00'' - "De Vie en Vie" (VDO)
II) 3' 21'' - "Les Blocs Erratiques" (VDO)
III) 6' 30'' - "Caspar David Friedrich" (VDO)
IV) 11' 08'' - "Elle partira" (VDO)
V) 13' 21'' - "Les Enfants d'Hermann Hesse" (Mémoire d'Éveil ?)
VI) 17' 27'' - "La Pensée" (VDO)
VII) 21' 03'' - "Choisir" (VDO)
VIII) 24' 17'' - "Introspection" (VDO)
IX) 28' 44'' - "Confidences" (VDO)
X) 32' 30'' - "Le Tour de l'Inutile" (VDO)
XI) 36' 52'' - "Les 3 Papillons" (Mémoire d'Éveil).
XII) 40' 44'' - "Mal à L'homme" (VDO)
XIII) 43' 48'' - "S'émerveiller au Mystère" (VDO)
XIV) 48' 06'' - "La Pensée s'adressant à Dimitri" (Poème, VDO)
XV) 50' 28'' - "Symphonie à la Clairière" (VDO)

NB : Faute dans le film : "Mémoire d’Éveil" est au singulier, et non pas au pluriel.


Paroles de la chanson "LES TROIS PAPILLONS" (Mémoire d'Eveil)


Refrain : Va et vois !
Vois bien et puis reviens
Nous dire ce qui brille,
Palpite et s'écarquille
Au sein du firmament,
Depuis l'Age des Temps...
C'est ainsi qu'à trois de ses sujets
Le roi des papillons parla un jour d'été.


Le premier s'envola à tire-d'aile,
Saluant au passage l'hirondelle
Et bien d'autres voyageurs des saisons
Qui lui firent montre d'admiration,
Ébloui, au retour,
Il dit en son discours :

- La "chose" est gigantesque, elle éclaire et inonde
Jusqu'à perte de vue l'Infini et ses Mondes... -

(murmure de l'assemblée avec reprise de la phrase du 1er papillon)


Refrain : Va et vois !
Vois bien et puis reviens... (etc...)


Le deuxième avide d'en savoir plus
Et aux yeux de tous d'être reconnu
Fit battre si fort ses ailes de soie
Que l'aigle, en le croisant, ne le vit pas,
Ébahi, il revint,
Entonna ce "refrain" :

- Satellisant l'Espace de perles qui scintillent,
La "chose" en sa clarté, de plus, réchauffe aussi... -

(murmure de l'assemblée avec reprise de la phrase du 2ème papillon)


Refrain : Va et vois !
Vois bien et puis reviens... (etc...)


Le troisième papillon décolla,
Il pourfendit l'azur et s'approcha
Plus près qu'Icare ne le fit en son temps
De l'Astre d'Or, du Disque incandescent,
Et la nuit arriva...
Et lui ne revint pas...

(murmures de l'assemblée)

Et le Roi annonça à tous ses congénères :
- Lui sait ce qu'est la "chose"... il connaît la Lumière !


Paroles et Musique : Jean-Claude PANTEL





Vign_Trois_papillons_Acrylique_sur_toile_de_lin_Pigments_naturel
Paroles de "RIEN N'EST À SAUVER, TOUT SE SAUVERA..." (Extrait de Mémoire d'Eveil)


Tu te tairas, ô voix sinistre des vivants !
Blasphèmes furieux qui roulez par les vents,
Cris d'épouvante, cris de haine, cris de rage,
Effroyables clameurs de l'éternel naufrage...

Tourments, crimes, remords, sanglots désespérés,
Esprit et chair de l'homme, un jour vous vous tairez !
Tout se taira, dieux, rois, forçats et foules viles,
Le rauque grondement des bagnes et des villes...

Vous voilà relancées, fatales conjectures
Qui venez tapisser les parois du Futur,
Prédictions ponctuelles contre lesquelles s'adosse
L'écho référentiel des écrits de Patmos,
Mais faut-il pour autant annihiler l'espoir ?
Nous savons qu'en "le Temps" la forme est provisoire,
Et si - de par le fait - celle-ci disparaîtra,
Non, rien n'est à sauver car tout se sauvera !

Tout ce qui tremble et fuit, tout ce qui tue et mange,
Depuis le ver de terre écrasé dans la fange
Jusqu'à la foudre errant dans l'épaisseur des nuits,
D'un seul coup, la nature interrompra ses bruits...

Ce sera quand le Globe et tout ce qui l'habite,
Bloc stérile arraché de son immense orbite,
Ira fertiliser de ses restes immondes
Les sillons de l'espace où fermentent les mondes.

Nouvelle gestation dans "un ailleurs " conçu
Pour "une mutation", un dessein inconnu,
Un "big-bang" silencieux réveillant des mémoires
Quelque part dans les cieux : sempiternelle histoire
Où tout ce qui s'achève sans cesse recommence.
Où "la Vie" n'a de trêve, refondant "l'existence"
Sous les divers aspects de multiples états,
Rien n'est donc à sauver, oui, tout se sauvera.
Non, rien n'est à sauver car tout se sauvera... (ad libitum)


D'après "Solvet seclum" de Charles-Marie LECONTE DE LISLE

Musique : Jean-Claude PANTEL.



NB : Les quatrains en italique sont ceux ajoutés par Jean-Claude Pantel.


Esperluette recevant la partition de "Solvet Seclum" dans le studio de Jean-Luc Spagnolo (Photographie retravaillée par Jean-Luc Spagnolo au moyen de l'application i-phone Tooncamera).
Vign_Vign_tooncamera
Extrait de « Mémoire d’Éveil » (De la page 25 à la page 27) :

Résumé de « Mémoire d’éveil » :


Presque 6 ans après la fermeture de « L'Institut de Concordance », Janybel retrouve chez elle Gaétan.
C’est en la charmante compagnie de quatre autres protagonistes répondant aux prénoms de Gilda et Jean, Valérie et Gérald, qu’une soirée animée s’en vient couronner de « joyeuses retrouvailles ».
Mais c’était sans compter sur un tonitruant coup de tonnerre qui occasionne une coupure d’électricité.
L'assemblée entière se voit brusquement plongée au sein d'une épaisse pénombre ravivant des mémoires que l’on croyait trop vite éteintes;
C’est à la lueur de deux chandeliers que se délient alors deux langues heureuses d’exhumer - depuis un passé pas si lointain que cela - le souvenir d’un certain… « Voyageur de l’Orage »…

Extrait (1) de « Mémoire d’Éveil » (De la page 25 à la page 27) :

(…)

Jean : Gaétan... Voici quelques instants, vous avez - pour ainsi dire - affirmé que nous étions conçus pour être conditionnés par ces lois...
Gaétan : C'est exact...
Jean : Alors, à quel titre, d'après vous - ou en tout cas, d'après votre "Voyageur" -, cette "intelligence supérieure", cette "Pensée" - pour utiliser le terme jusqu'alors employé -, nous incline-t-elle à "subir" ce conditionnement ?
Gaétan : Disons que "la fonction" reste invariablement liée à "l'état", Jean... En fait, pour apprécier cet aspect du problème, si l'on peut qualifier de problème cette inclination tout à fait naturelle - nonobstant ce que l'on s'accorde à en déduire -, il convient de nous livrer à une approche "géométrique" de "l'ensemble" de ce qui incarne "l'existence"...
Gilda : Une approche géométrique, dites-vous...
Gaëtan : Tout à fait... Gilda... Et là, c'est "l'astrosophe" qui reprend quelque peu du service afin de rappeler que, dès l'origine, ledit "ensemble" répond à une conception sphérique...
Valérie : Vous faites allusion aux astres, aux planètes ?!.
Gaëtan : Entre autres, Valérie, entre autres... Mais le concept de rotondité s'avère tout aussi présent quand on fait état de la voûte céleste, et l'ensemble existentiel auquel nous nous référons demeure voué à être vécu par un mouvement permanent, puis à vivre tout ce que développe ce mouvement dont il s'avère logique qu'il développe un mécanisme de rotation, une dynamique rotative...
Gilda : Rotative...
Gaëtan : Oui, rotative ou... elliptique, si le qualificatif vous agrée davantage... Et cette dynamique, après avoir façonné les multiples configurations localisant les diverses existences, se perpétue à travers ces dernières. Elle se perpétue au gré de ce qu'il est loisible d'envisager comme une "démultiplication" de son expression initiale, et cette perpétuation s'effectue à différentes échelles...
Gérald : En quelque sorte, nous sommes pris dans une spirale ?
Gaëtan : C'est cela... En fait, il importe de considérer que "l'ensemble" du "tout existant" est originellement inclus dans cette spirale... Ensuite, pour résumer ce qui vient d'être dit, la dynamique qui caractérise celle-ci - au gré de son mécanisme de rotation - confère cet "équilibre" global à ce que nous discernons de la Création... "Équilibre" indifférent qui, tel que je vous le disais, se définit comme "astatique"...
Jean : Alors, si tout procède de cette spiralisation, et que l'on considère que tout est primitivement contenu au cœur de l'agencement circulaire que cette spiralisation dispose, rien n'interdit de concevoir que les diverses données conceptualisant "l'existence" - d'états en fonctions - se trouvent carrément enroulées sur elles-mêmes ?!. Et ce, dès le départ ?!.
Janybel : Exactement, Jean, afin de se dérouler ensuite... Tout procède d'un "enroulement" et tout procède à un "déroulement"...
Gaétan : Le Voyageur assimilait cet "enroulement" au "Temps"... Temps qu'il qualifiait de "dimensionnel", et qui - au fil de son "déroulement" - devient pour nous "le temps chronologique"...
Janybel : Ainsi, la planète se retrouve-t-elle offerte au "manège" des cycles solaires et aux saisons qu'ils apposent. Pour ce qui nous concerne, les "courbes" de ce qui ne figure, en fait, qu'un "circuit", agissent sur nos états d'âme, déclenchant, entre autres, "le tourbillon" de nos humeurs versatiles ...

(A suivre)

1) Extrait qui peut, à tout moment, être corrigé par Jean-Claude Pantel en personne.
© 2012
Créer un site avec WebSelf