Jantel-esperluette
Herméneutikon des VET.
search_left
"SUR..."
Vign_imgp1690
"SUR..." regroupe moult textes commençant par ce mot.
Sur la sexualité


"La sexualité est devenue un "obviatif" (1) de la pensée, la centralisation ayant cédé du terrain à la canalisation. L'enfermement qui s'ensuit spasmodifie l'échange" (Texte non communiqué).


____________________________


(1) Je donnerai pour synonyme au néologisme "obviatif" le fait de faire obstacle. Les VET emploient aussi le mot "obviance (*)" (Texte de Février 1992) mais dans un autre sens, celui de pallier à un mal, de faire face pour y remédier.

(*) Entre autres "obviances", il vous incombe désormais d’accepter la consolidation de la fracture occasionnée par la rupture que vous consommâtes avec lui, lors de la fin du dernier cycle annuel… (Karzenstein, février 1992).
SUR LES SECTES

Voilà déjà plusieurs décennies que les Espèces Semi-Géométrisées - aspirant à un Monde Nouveau - ont tenu à vous faire part de ce qu'Elles avaient mis en place : Ce sont des associations sectaires dont Elles gèrent la patrimoine culturel (Phrase hors-Textes).
SUR LES MONDES PARALLELES

Les VET ont déjà confié à Jean-Claude Pantel que la planète Terre était, dans cette fin de Cyclique, en connexion directe avec grosso modo 371 Mondes Parallèles.

Le fait que ces centaines de "couloirs sub-parallélisés" jusqu'à notre Support actuel soient reliées - plus ou moins indirectement - aux autres "Univers paralléliques" concernant tous les systèmes stellaires de toutes les galaxies créées dans le cadre du Systématisme post-Originel, doit nous amener à ne point figer ce chiffre.

Les Mondes, en nombre infini, n'ont que faire d'un quelconque chiffrage, Dieu ne sachant compter que jusqu'à 1.

SUR EMPEDOCLE D’AGRIGENTE


Nous savons grâce à Jean-Claude Pantel que c’est par le Faire-corps réalisé au contact du « déluge magmatique » (1) vomi par le volcan Santorin que la Race Karzensteinienne passa, durant le 17ème siècle avant notre ère, de l’état de civilisation semi-géométrisée à celui d’espèce « Transpulvérulente ».

A l’image de Jantel, le philosophe grec Empédocle d’Agrigente (5ème siècle av. J-C) accéda lui aussi, en son temps, à cette qualité informationnelle de par ses facultés d’admissibilité d’impression lui permettant certaines « accointances idéelles » avec les VET.

Seulement, mal lui en prit de prendre la leçon à la lettre : Il finit par se suicider en se jetant corps et âme dans le cratère de l’Etna.

Épouser l’Ambiant en la déliquescence exprimée - afin d’accéder à l’état d’Être - ne peut se réaliser qu’en la manifestation paroxystique d’une fin de Cyclique où le déploiement des forces en présence atteint son apogée.

En d’autres termes, lorsque le Mouvement spiralien en sa désuperposition fait accroître, consécutivement à l’accélération de la vitesse de la lumière, pression et attraction au maximum de leurs possibilités (« Incontrôlabilité » de Flux).

Nos géologues savent aujourd’hui que l’explosion de Théra fut une des pires en indice d’explosivité volcanique qu’ait jamais connu notre planète.

Entendez bien : La coulée pyroclastique qui s’épancha depuis son cratère fut si énorme qu’elle survola, soulevée par le souffle des explosions éruptives, les flots de la mer méditerranée jusqu’à atteindre à plus de deux cent kilomètre-heure la Crète pourtant distante de 190 Kilomètres !

La chose, en la subduction achevée, déboucha sur une réaction de type phréato-magmatique dont il nous est à présent aisé de localiser ce que Karzenstein définit en tant que « Déluge en fin de course » (2).

Nous terminerons en rappelons que succéda, suite à l’excès de vapeurs d'eau, de cendres, de gaz et de particules diverses éjectés par le volcan, une saturation météorologique amplifiant pluies et neiges un peu partout dans le monde.

C’est bien sûr ce micro-événement climatique que la bible, ainsi que bon nombre de mythologies antiques, enfermèrent sous la dénomination de Déluge.



                                                 ---------------------------------------------------------------------------


1) Magloow synthétisa en le syntagme « déluge magmatique » (Dialogue non recopié) ce que Karzenstein évoqua en Juin 1999 lorsqu’elle évoque « le terme du dernier cyclique, celui où [Ils] consomm[èrent] la rupture physique en la délitescence ». (23 JUIN 1999).

2) Karzenstein (MARS 1983) : « La "vérité", en la colère qui occasionna le "déluge" avec lequel, en fin de course, nous fîmes corps… »

SUR UNE COQUILLE OU DEUX


Depuis les premières interventions de l’Entité Zilder datées de l’année 1997, nous savons que le mythe de la métempsycose (1) fait partie, entres autres mythes, des chimères humaines à bannir de la cosmogonie relatée par les VET.

Or, Jean Claude Pantel, dès le premier chapitre de son excellent roman autobiographique "Les Visiteurs de l'Espace-temps Tome 2 Le Message" défend l’idée que « le mot revie n'annihile pas du coup la théorie de la métempsycose… »

De plus, dans la comédie musicale Le Voyageur de l’Orage, le chœur de la chanson « Métamorphose » chante :

Viens-t-en Métamorphose, en tes métempsycoses,
Faire éclore à jamais l'Age de Vérité !
Fais donc, Métamorphose, naître en apothéose
L'Age de Vérité, pour toute Eternité !..


L’erreur vient du fait que Jean-Claude Pantel ne savait pas à l'époque que le concept de « métempsycose » ajoutait au terme déjà erroné de « réincarnation » ce principe de changements d’espèces si cher aux avatars défendus par la religion hindouiste, Zilder n’ayant rectifier le tir que bien après.

Il y a la coquille et nous veillerons à ce qu’elle soit modifiée le plus vite possible (2).

A cela vient s’ajouter une autre coquille décelable dans la chanson « Confidence » (VDO).

En effet, dans le quatrain « Ni navigateurs solitaires/ Ni « conquistadors » en leur temps, / Ne naufragèrent, Ne m’accostèrent »…, je pense que ne naufragèrent ne va pas du tout.

Mieux vaudrait dire : « Nuls navigateurs solitaires/ Ni « conquistadors » en leur temps, / Ni naufragés ne m’accostèrent »...

Là aussi, il faudra veiller à ce que modification se fasse, et très vite.



                                                                                               ------------------------------------------------


1 Zilder : (…) ce qui exclut tout changement d’espèce, détruisant certains de vos mythes et la métempsycose (10 Novembre 1997).

2 On pourrait écrire à la place :

« Viens t’en Métamorphose, loin des métempsychoses… »
SUR LE SEMI-GEOMETRISE BASILEUS


Basileus est un « Semi-Géométrisé » qui fut, en des siècles passés, un géométrisé dont au moins une des vies conscientes parmi nous (Probablement l’ultime) fut décrite par un de ses homologues comme étant celle « d’un preux chevalier ».

C’est la raison pour laquelle il manifeste le plus souvent sa présence au téléphone par le biais d’un galop de cheval (Je l’ai déjà entendu plusieurs fois).

En règle générale, sa mise en contact introduit une amplification de la « phénoménique ambiante » (Basée pour beaucoup sur la télékinésie).

Le galop de « son cheval » nous prévient d'une intensification sur le plan des échanges, laquelle réclame une attention très très particulière de par son extrême acuité.

Source de grande fatigue, voire d’épuisement, pour tous les participants présents invités à échanger avec son Ambiant de noble aloi, cette harmonisation de l’interférentiel a pour but de rééquilibrer le porte-à-faux quasi permanent de Jean-Claude Pantel tiraillé sans cesse entre deux antinomies informationnelles.

Depuis le Texte de Karzenstein-Magloow-Ramunssen daté du 23 Juin1999, nous savons que la Semi-géométrisation fait partie des Mues Évolutives (1).

Et depuis ce même Texte, il apparut évident qu’elle ne concerne qu’infinitésimalement notre espèce. Cela signifie que l'exemple de Basileus fait partie des rarissimes cas de passage avéré d'une géométrisation humaine vers une Semi-géométrisation.

D’autres espèces que la nôtre auraient-elles par conséquent un peu plus accès à ce stade d'évolution ?

L’assertion karzensteinienne nous laisse conjecturer ce devenir sublime qui attend certaines espèces minérales, végétales et animales les plus qualitatives évoluant sur ce Support actuel.


------------------------------------------------------------------------------------



(1) Question :

Il nous a été dit par l’un des vôtres - et vous-même, Karzenstein, l’avez confirmé tout à l’heure - qu’il y avait des mues évolutives et non pas seulement une mue évolutive. A ce titre, la semi-géométrisation peut-elle être considérée comme un palier de mue évolutive ?

Karzenstein :

Il est certain que tout se vivant en "désuperposition" jusqu’à la rupture à laquelle succède une "resuperposition", il s’observe également une stratification en ce domaine, ainsi que nous le soulignâmes tout à l’heure...(…) La semi-géométrisation, quant à elle, ne se produit que dans le seul cas d’une modification de support... Sachez d’ores et déjà qu’elle demeure d’ordre infinitésimal pour ce qui concerne votre espèce...
© 2012
Créer un site avec WebSelf